14 juin 2019

Une journée historique : des centaines de milliers de femmes* en grève en Suisse

Des collégiennes, des lycéennes et des femmes* de tous âges, de toutes origines et statuts ont participé vendredi 14 juin à une journée de grève à l’école, sur leurs lieux de travail, à la maison, dans la rue, partout. Préparée depuis une année, cette grève féministe, appelée par des collectifs non mixtes, qui se sont formés peu à peu dans toutes les régions de Suisse, est une réussite sans précédent. La Marche mondiale des femmes, pleinement partie prenante de cette mobilisation extraordinaire, remercie toutes les filles, femmes* et hommes solidaires qui ont rendu possible cet incroyable succès.

« VERS UNE GREVE FEMINISTE EN SUISSE EN 2019 ? »

Samedi 2 juin, de 11h00 à 16h00

 

GREVE FEMINISTE

Centre socioculturel Pôle Sud, Av. Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne
(Depuis la gare prendre le métro, arrêt Flon, c’est à moins de deux minutes à pied sur la gauche).

Le Congrès des femmes de l’USS a décidé d’appeler à une MANIFESTATION NATIONALE DES FEMMES LE 22 SEPTEMBRE A BERNE, mais a aussi voté une proposition et une résolution pour continuer la mobilisation en 2019, éventuellement jusqu’à une grève des femmes. 

abcf

 

Mardi 24 Avril, de 12.00 à 13.00h, rejoins-nous dans une action solidaire pour la paix à travers le monde.

A Neuchâtel nous organisons une action de rue sur le travail de « care », qui commencera à la Fontaine de la Justice à midi et qui se terminera vers 13h à la Place Pury. Si c’est possible pour toi, rejoins-nous!

 

Malgré d’énormes moyens financiers mis en oeuvre par le parti socialiste et par les syndicats pour défendre PV2020 qu’ils présentaient comme le meilleur compromis possible, 58% des femmes ont voté dimanche 24 septembre contre PV2020 qui impliquait notamment une augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans.

Les féministes, solidaritéS, des syndicalistes critiques, les jeunes socialistes, le PST et Basta ont gagné dimanche ce vote, suite au référendum qu’ils/elles avaient lancé pour refuser ce projet analysé comme une régression par rapport à la situation présente. Une campagne vive, souvent difficile à cerner tant les fronts étaient divisés, a abouti à un résultat réjouissant qui laisse grande ouverte la porte à une réforme, dont personne ne conteste la nécessité, et où les femmes entendent jouer maintenant un rôle qu’elles veulent décisif.

Fini le temps où l’on peut tranquillement ne pas accorder l’égalité salariale entre femmes et hommes pour un travail de valeur égal, exploiter le travail non rémunéré des femmes qui produit une valeur économique qui se chiffre en milliards et faire payer aux femmes toutes les petites améliorations de façade comme celle qui avait été arrachée par la gauche au Parlement sous la forme d’une augmentation de 70.- pour l’AVS (1er pilier) contre un an de cotisations supplémentaires versées à l’AVS par les femmes. Ce « paquet » de la Prévoyance vieillesse 2020, qui globalement défavorisait aussi bien les femmes que les jeunes a été renvoyé dimanche à leurs auteurs. Une belle victoire pour celles et ceux qui refusent toute forme d’égalité à l’envers.

Le 8 septembre, des féministes de toute la Suisse se sont retrouvées à l’appel des femmes qui disent NON à PV 2020 pour analyser ensemble la situation et définir, en pleine campagne, leurs revendications pour une prévoyance vieillesse juste et solidaire. A l’issue du vote réjouissant du 24 septembre, elles ont adressé leur message aux médias (qui ont en modestement rendu compte en particulier en Suisse alémanique), mais aussi au Conseil fédéral où un rendez-vous est demandé au ministre socialiste Alain Berset, qui reste en charge de ce dossier social controversé, mais fondamental pour les droits des salarié-e-s. Affaire à suivre !